free web tracker

dimanche, décembre 10, 2006

Frontières

L’Institut néerlandais expose les photographies de Désirée Nolron jusqu’au 20 décembre 2006.

Les portraits féminins
de « Xteriors » ont fait la célébrité internationale de l’artiste néerlandaise, entre 2001 et 2006.












La lumière sculpte des visages opalins dans ces photographies très picturales, à la frontière de la peinture flamande. Les regards mystérieux restent gravés dans notre mémoire.

Ces clichés, traités numériquement, atteignent la frontière du spectacle car les mises en scène sont d'une grande richesse. Dans des longs corridors, des silhouettes de femmes austères et élégantes se détachent dans l’étrange atmosphère que génère le clair-obscur.


De 1996 à 1998, « Glaze » présente des modèles immergés.
Les personnages, proches de l’état de transe, flottent à la frontière des deux mondes.
Désirée Nolron n'hésite pas à retravailler la photo jusqu’à la perfection.


Comme un reportage, entre 1991 et 1999, "Exaltation" saisit la foi poussée à son paroxysme.

La reporter franchit les frontières. En Inde, en Malaisie, au Pakistan, aux Philippines et en Thaïlande, elle est « intriguée » par la violence sacrée.

Ses photos de flagellation, de scarification et de perforation nous dérangent et nous interrogent sur le pouvoir qu'exerce la religion sur certaines personnes. Dans les rituels religieux, l'homme entre en transe et tente de se détacher de son enveloppe charnelle pour dépasser les frontières de la souffrance.

Ces images en noir et blanc me semblent venues d’un « autre âge » mais Désirée Nolron vise l’objectivité : elle nous invite à ne pas franchir les frontières du jugement et de la condamnation.

Ses superbes photographies jouent avec les limites du présent et du passé, de l'apparence et de la réalité, de la vie et de la mort, mais aussi du conscient et de l'inconscient.

Libellés :

11 Comments:

Blogger Gilles Desforges said...

Superbe et : ça fait plaisir de te lire à nouveau !

décembre 10, 2006 6:35 PM  
Blogger IKdix said...

Mon job et mon entourage m'accaparaient.
Je suis contente de vous retrouver.

Au détour d'un blog, j'ai découvert cette photographe néerlandaise et j'ai eu un coup de coeur.
Je suis heureuse que tu le partages.

décembre 10, 2006 6:44 PM  
Blogger yb said...

"La lumière sculpte les visages diaphanes".Pas diaphane mais d'opaleuh! ;)

décembre 10, 2006 9:23 PM  
Blogger IKdix said...

Yb toujours pertinent !
Mais j'opte pour opalin.
Je rectifie tout de go ... lol

décembre 10, 2006 9:43 PM  
Anonymous Tizel said...

ça donne envie d'aller visiter cette exposition. Dommage que cela se termine le 20 décembre. Je ne suis pas sur que j'aurais le temps d'y aller.

Tizel

décembre 13, 2006 9:48 AM  
Blogger IKdix said...

@ Tizel
Moi aussi je le regrette ! Impossible d'aller à Paris en décembre.

Les images du site de Désirée Nolron nous consolent !
Dernièrement, la reporter a séjourné à Cuba. Elle a photographié les rues de La Havane et les Cubains dans leurs demeures. (1er carré en bas à gauche).

Un travail de plasticienne donne un style particulier à ces photos documentaires.

décembre 13, 2006 3:07 PM  
Anonymous Myblogforyou said...

J'adore les atmosphères en clair-obscur, j'ai visité cette après-midi l'expo "dessins de Rembrandt et W Hoggart" au Louvre, ils ont dessiné et peint des merveilles dans ce domaine!

décembre 17, 2006 11:21 PM  
Blogger Jean said...

Comme vous , je suis subjugué par ces portraits !!
Une merveille !
Merci de les avoir présentés !!!

décembre 18, 2006 9:17 AM  
Blogger IKdix said...

@ Myblogforyou
Le clair-obscur met en relief les personnages et donne une ambiance.

William Hogarth utilise cette technique dans ses portraits et dans ses « pièces morales » qui critiquent les mœurs de la société britannique.

Rembrandt joue sur les contrastes du clair-obscur pour peindre des portraits expressifs et des scènes de la vie quotidienne. Ses personnages respirent l'humanité.

Je t’aurais volontiers accompagnée pour découvrir les dessins de Rembrandt.

décembre 18, 2006 12:40 PM  
Blogger IKdix said...

@ Jean
Tes visites me font toujours plaisir.

Les portraits de Désirée Nolron subjuguent de nombreuses personnes.
La touche plasticienne et le choix des sujets y contribuent.
Ces photographies picturales dégagent une expression étrange qui ne laisse pas indifférent.

décembre 18, 2006 12:44 PM  
Anonymous Anonyme said...

Elle s’appelle Desirée DOLRON et non pas NOLRON --
Ayez au moins la décence de ne pas faire de faute

janvier 27, 2012 11:03 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home