free web tracker

dimanche, septembre 10, 2006

Couleurs, en noires et blanches

Serge Gainsbourg fredonne sensuellement
« Que j'aime ta couleur café » et Guy Béart chante « Couleurs » avec passion.

La génétique a révélé le mystère
« Le changement d'un seul acide aminé dans un gène joue un rôle majeur dans la pigmentation et explique pourquoi les Européens ont une peau plus claire que celle des Africains » précise le chercheur Keith Cheng.
Le slc24a5 intervient sur la production de la mélanine, pigment naturel qui, selon sa concentration, fonce plus ou moins l’épiderme.

Selon la communauté scientifique, la couleur de la peau ne justifie pas un concept de la race car elle ne correspond qu'à une part infime de notre patrimoine génétique. Des êtres d'une même ethnie peuvent avoir plus de différences que des individus de couleurs différentes.
La théorie des races humaines, qui généra tant de larmes et tant de guerres, est donc
« subjective et arbitraire » !

Les Homo sapiens forment une seule et même espèce !

Et pourtant que de noires et de blanches, le « slc24a5 » a inspirées !
Claude Nougaro dit « la vie, quelle histoire !
C'est pas très marrant
Qu'on l'écrive blanc sur noir
Ou bien noir sur blanc
On voit surtout du rouge, du rouge
Sang, sang, sans trêve ni repos
Qu'on soit, ma foi
Noir ou blanc de peau »

Lily constate, qu’au pays de Voltaire et d'Hugo, il faut deux noires pour une blanche. En quelques notes, Pierre Perret rappelle que cela fait « un sacré distinguo » !
« Elle aima un beau blond frisé Lily
Qui était tout prêt à l'épouser Lily
Mais la belle-famille lui dit nous
Ne sommes pas racistes pour deux sous
Mais on veut pas de ça chez nous. »

Zebda réplique à celui qui décrie « Le bruit et l’odeur » qu'il « n’abdique pas » devant l’inégalité et les propos racistes.
« L'égalité mes frères
N'existe que dans les rêves
Mais je n'abdique pas pour autant »

Le bruit et l'odeur
Le bruit et l'odeur
Le bruit du marteau-piqueur

Qui a construit cette route ?
Qui a bâti cette ville ?
Et qui l'habite pas ?
A ceux qui se plaignent du bruit
A ceux qui condamnent l'odeur
Je me présente. »

Et puisque ce concept de race n’est que chanson, pourquoi évincer l’autre et ses différences ?

Libellés :

30 Comments:

Anonymous Myblogforyou said...

Même si différence de peaux il y a,
nos coeurs sont tous de la même couleur ;-)

septembre 10, 2006 10:28 PM  
Anonymous adjaya said...

La photo que tu as choisie pour illustrer ce billet parle d'elle-même. La couleur de la peau serait le résultat naturel d'une adaptation au climat. Le berceau de l'humanité étant l'Afrique, lorsqu’une partie de l'humanité de la préhistoire migra vers des latitudes éloignées de l'équateur, le soleil étant moins virulent, la couleur de la peau aurais évoluée. Je fais une petite parenthèse pour évoquer notre cousin homos erectus qui nous à laissé bien seul, n'ayant pu au premier abord s'adapter au réchauffement de la planète lors de sa sortie de la dernière glaciation.
J'ai dévoré les livre de Jean M. Auel sur sa saga des enfants de la terre qui nous éclaire par bien des points sur l'évolution de notre espèce.

septembre 11, 2006 1:15 PM  
Anonymous Tizel said...

Rien à ajouter à ton billet... Les artistes savent mieux exprimer que quiconque les problémes de racisme. Malheureusement, certain sont peu sensibles à ce genre de musique.

Tizel

septembre 12, 2006 10:04 AM  
Blogger Celtik said...

très beau thème ici évoqué que la couleur mise en musique.
il faut souvent passer par la chanson pour faire passer des émotions et ainsi attirer l'attention !
merci IK pour ce beau billet.

septembre 13, 2006 8:30 AM  
Anonymous ada said...

La plus grande honte et tristesse de ma vie, je l'ai éprouvée ce jour où ma fille alors agée de 5 ans a dit devant sa copine née au Tchad et sa mère: "avant je ne voulais pas dormir avec D* parce qu'elle est noire" Ce jour là j'ai eu l'impression d'avoir échoué quelque part. Depuis cela va bien mieux et ma fille est devenue très amie avec D* mais je n'ai toujours pas compris d'où son expression venait car je ne crois pas que spontanément- à Paris tout du moins où nos couleurs sont mélangées - les enfants voient cette différence de cette façon méprisante. D'où étaient ses représentations ? Je cherche encore...

septembre 13, 2006 5:58 PM  
Anonymous Olivier SC said...

Comme nous en parlions chez moi, ce billet attire peu de commentaires ; mais ils sont de qualité !

Nous pourrions aussi nous demander pourquoi les réactions sont différentes selon les pages où elles sont imprimées.

Ada : dans une même classe de maternelle, parisienne, j'ai souvent eu des réactions différentes alors que s'y mélangeaient européens, africains, asiatiques. A mon sens, le "problème" se trouve dans les réactions parentales que les petits reproduisent.

septembre 13, 2006 7:03 PM  
Blogger IKdix said...

- Les scientifiques confirment que la théorie des races humaines est
« subjective et arbitraire ».

- Les races n’ont pas de réalité mais de nombreuses personnes y croient.
Une discrimination envers les autres races est malheureusement bien réelle et résulte d’une
« construction historique et culturelle ».
Le racisme postule l'existence des "races" dans l'espèce humaine et les hiérarchise.

- Certains confondent
« racisme » et « xénophobie » (peur de ce qui vient de l’extérieur) pour désigner
« une attitude de mépris et d'hostilité, pouvant aller jusqu'à la violence, envers des individus appartenant à une ethnie différente ». Ils font ce choix de langage car les deux attitudes relèvent de la même « peur de l’autre ».

La majorité différencie ces deux mots pour préciser les aspects différents de cette peur. Personnellement, je trouve « logique et utile » de les différencier. Mon point de vue n’a pas changé.

septembre 14, 2006 4:31 PM  
Blogger IKdix said...

@ Myblogforyou
Tu as raison. Quelle que soit la couleur de notre peau, nos sentiments vibrent de la même manière.
Nos émotions colorent la vie et lui donnent le sel indispensable !

@ Adjaya
J’ai eu un coup de cœur pour cette photo.
Le fils métissé de ma meilleure amie a souvent essuyé les réflexions des adultes. Leurs propos racistes l’ont terriblement blessé. Sa mère a dû intervenir à plusieurs reprises.

Effectivement la mélanine permet de s’adapter au climat.

@ Tizel et Celtik
Ces chansons, de différentes époques, abordent des thèmes importants.
J’ai dû choisir dans une liste assez longue et ne retenir que les passages clés.

Les artistes perçoivent bien les problèmes de la société et les évoquent avec talent.

« L’artiste est un observateur. » (Jean-Paul Wenzel)

« C’est le rôle de l’artiste de s’inquiéter où le monde va. » (Claudy Mailly)

« Le rôle des artistes est de faire bouger les frontières mentales. » (Samira Makhmalbaf)

septembre 14, 2006 4:36 PM  
Blogger IKdix said...

@ Ada
Les petits reproduisent les comportements et les paroles de leur entourage.
J’ai connu tes deux blogs : tu n’as jamais tenu des propos racistes !
Ne culpabilise pas : l’entourage n’est pas restreint aux parents.

@ Olivier
Tu as raison, les amis ont laissé des commentaires de qualité.
Olivier, tes explications étaient également pertinentes.

Même en collège, les ados reproduisent les comportements et les paroles de leur entourage.

Le racisme se greffe sur la peur propre à la nature humaine mais elle est alimentée par l’éducation, la culture. C’est à ce niveau qu’il faut réagir.

septembre 14, 2006 4:52 PM  
Blogger raf said...

"Le racisme se greffe sur la peur propre à la nature humaine mais elle est alimentée par l’éducation, la culture. C’est à ce niveau qu’il faut réagir."
La peur de l'étranger peut être combattu à la racine par une enfance dans un milieu multiculturel, et là l'éducation ne peut rien y faire...
En effet, malgré de nombreuses qualités, mon père en bon ouvrier m'a bassiné depuis ma tendre enfance de propos racistes et homophobes (mais ça c'est une autre histoire), pourtant il fut contraint par manque d'argent de m'élever avec mon frère dans le 20eme arrondissement de Paris.
Dans ma classe les élèves venaient tous d'un endroit et d'une culture différente (sénégalais, zaïrois,gitan, malgache...ect...) Mon pauvre padré s'est aperçu après quelques années que son discours ne nous atteignait en rien ni moi ni mon frère, et qu'il ne pourrait rien y faire. Alors petit à petit il s'est habitué aux prénoms étranges de nos potes (Mamadou, Dimanche, Maudi...) Je ne remercierais jamais assez le hasard qui a voulu que je grandisse dans le 20eme, car depuis l'enfance je suis dénué de toute peur de l'étranger.

septembre 15, 2006 2:50 PM  
Blogger Scheiro said...

Je ne te comprends pas , IK, tu dis ici "Le racisme se greffe sur la peur propre à la nature humaine mais elle est alimentée par l’éducation, la culture." Donc que la peur (phobie) est première et que sur cette peur se consruit l'idéologie raciale qui est donc seconde - en termes imagées la phobie représente le tronc et le racisme une branche - alors que sur mon blog tu soutiens une autre théorie.
Mais bon, pourquoi pas ?

septembre 15, 2006 7:49 PM  
Blogger yb said...

Le racisme c'est une idéologie qui chapeaute la xénophobie. Généralement la pluspart d'entre nous se dit non-raciste. C'est devenu "politiquement correct".

Pourtant la xénophobie est là, en chacun de nous. C'est elle qui détermine le choix de ne pas s'asseoir à côté de ce type louche dans le métro (qu'il soit de couleur différente ou non). La xénophobie est larvé depuis l'aube des temps dans ce qu'on appelle "le cerveau reptilien" et le racisme est une tentative spécieuse de rationnaliser cette peur naturelle de l'autre.

Lutter contre le racisme c'est devenu presque tarte tellement c'est devenu une norme établie. Lutter contre le racisme, c'est s'attaquer à un leurre, un masque qui cache une ombre bien plus vaste qu'est la xénophobie.

Faites un test. Passez une journée à essayer de déceller ce qui est un signe de xénophobie dans vos actes et dans vos pensées dans la routine de votre quotidien. Vous verrez, ils sont nombreux.

Après ça, il y a 2 choix: soit on laisse choir, soit on essaye de lutter contre. Mais cette lutte là ne se fait pas à coup de chansonnettes avec des beaux discours consensuels. C'est une lutte qui se mène en vous, à chaque instant, qui va à l'encontre de votre nature même. C'est un travail de Sisyphe contre soi même.

septembre 16, 2006 3:52 AM  
Blogger IKdix said...

@ Yb
Je côtoie souvent une famille de couleur et cela me semble naturel.
Je m'assois à côté d’un type louche sans problème si je ne suis pas seule dans les lieux.
Si je suis seule, j’évite : j’écoute mon cerveau reptilien et la peur de l’autre l’emporte !L’instinct de conservation s’exprime car j’ai été agressée deux fois.

Je partage la remarque de Scheiro, dans « Paris n’est plus une fête » quand il me dit : « c'est un combat louable mais totalement voué à l'échec, ce qui n'empêche pas de le mener bien entendu ».

C’est évident qu’on n’éradiquera jamais le racisme car il a ses racines dans la « peur de l’autre », tapie dans notre cerveau reptilien ! Yb, tu as raison de dire que c’est « une lutte qui se mène en vous, à chaque instant, qui va à l'encontre de votre nature même. »

Par contre je pense que la lutte contre le "racisme" amène les hommes à prendre conscience de leurs comportements racistes pour réagir. J’avais répondu à Scheiro « Toute lutte contre le racisme et l’inégalité n’est donc pas de la naïveté mais un idéal à défendre pour éviter les guerres. » Je le pense toujours.

La sensibilisation et l’action sont deux choses différentes.
Les artistes cherchent à sensibiliser. Je n’ai aucun à-priori sur les moyens de sensibiliser.

J’avais expliqué à Raf dans CD que les textes des chansons amorçaient les thèmes des discussions : les artistes de générations diverses évoquaient les problèmes du racisme.
- « Couleurs vous êtes des larmes » : problèmes des couples mixtes.
- « Armstrong » : vie difficile des gens de couleur
- « Lily » : les "non-racistes" refusent fréquemment les mariages mixtes dans leur famille.
- « Le bruit et l'odeur » :
* les propos racistes des politiques (phrases de Chirac à la fin de la chanson)
* les travaux dangereux ou mal considérés sont laissés aux gens de couleur et aux émigrés.
* le refus des propriétaires pour louer des appartements.

septembre 16, 2006 3:04 PM  
Blogger raf said...

Suite à l'intervention du YB je voudrais préciser que contrairement à se que je raconte dans la toute dernière phrase de mon commentaire, mon enfance à Télégraphe ne m'a enlevé que le "chapeau" du racisme, Je suis par contre sujet comme tous à la xénophobie du reptible.
J'aime la présence dans le train des Benzouzi, M'bala et Bensala, contrairement à pas mal de gens, elle me rassure... en revanche des grosses cicatrices, un regard malsain ou un débarquement de flics ou de 30 jeunes wouaich-la-téci me font plus d'effet !

septembre 16, 2006 6:00 PM  
Blogger IKdix said...

@ Scheiro

Je n’ai pas changé d’avis. Lis mieux les coms et ne feins pas de ne pas comprendre.
1. - Les races ne reposent sur aucune réalité scientifique.
- Le racisme est la haine et la discrimination envers les autres races. Ce comportement est "une réalité" puisque des gens croyant à la théorie des races pratiquent la discrimination.

2. La xénophobie est la haine envers les étrangers.
(Son étymologie vient du grec ancien : XENOS = étranger » et PHOBOS = hostilité, la haine, peur)

3. J’ajoute qu’il faut différencier « l’autre » et « l’étranger ».
- « L’autre » est celui qui n’est pas moi (mon père, ma mère ...)
- « L’étranger » est celui est différent de par sa communauté, sa culture ...

4. « Le racisme et la xénophobie (peur de l’étranger) prennent leur racine dans la "peur de l’Autre."

Par contre j’ai effectivement fait une erreur d’emploi du pronom personnel dans la phrase citée.
Il faut lire « Le racisme se greffe sur la peur propre à la nature humaine mais il est alimenté par l’éducation, la culture. C’est à ce niveau qu’il faut réagir. »

Effectivement Yb expose clairement son point de vue sans invectiver. J’apprécie.
Je réponds en expliquant le mien. L’un et l’autre, nous acceptons nos différences et nos points communs.

septembre 16, 2006 6:08 PM  
Blogger Scheiro said...

@IKdix : tu sais ce qu'on dis de ceux qui ne changent jamais d'avis ???

septembre 16, 2006 7:32 PM  
Blogger IKdix said...

@ Raf
Les deux témoignages de ton expérience personnelle m’intéressent.

Je n’ai pas vécu mon enfance dans un milieu multiculturel. Par contre dans ma vie d’adulte, j’ai côtoyé à maintes reprises des milieux multiculturels.

A mon avis, l’éducation ne relève pas que du milieu familial ou de l’école. De nombreuses personnes y participent. Et heureusement ! En observant d’autres milieux, le jeune découvre d’autres horizons et suit la voie qui lui convient.

Quand ma belle-sœur s’est mariée avec un Syrien, cela ne m’a pas posé de problème. Le couple est heureux, tout va bien.
Par contre il a essuyé des refus de location à cause de l’origine de mon beau-frère.

septembre 16, 2006 9:30 PM  
Blogger raf said...

La vie est dure en France pour nos camarades basanés, surtout s'ils ont en plus l'accent "cité".
Le travail c'est un boulot de merde ou rien, l'appart ni pense même pas, les flics n'oublient jamais de te fouiller au passage, le président parle de "bruit et d'odeur", le ministre de l'intérieur veut "laver les cités au karcher", et même la gauche parle de "délinquance gratuite" lors d'émeutes sociales qui à mon sens sont plutôt revendicatives.
Après tout ça tu croises une mémé dans la rue qui, alors que tu ne l'as même pas regardé, hâte le pas et cache son sac...l'envie d'agression monte... petit stage en prison ou tu apprends les ficelles du métier de gangster... et ton avenir (sombre) est tracé...

septembre 17, 2006 2:46 PM  
Blogger IKdix said...

@ Raf
Effectivement la vie est dure en France pour nos camarades basanés !

C'est le cas de mon beau-frère.
Il est naturalisé et travaille. Il vit en france depuis 10 ans et il a des enfants français.
Mais ... on lui reproche d'être basané !

Les paroles de Chirac sur "le bruit et les odeurs" sont lamentables !

septembre 17, 2006 4:13 PM  
Blogger raf said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

septembre 17, 2006 6:04 PM  
Blogger IKdix said...

Raf, nous sommes sur la même longueur d'onde.

septembre 17, 2006 6:43 PM  
Blogger raf said...

"Raf, nous sommes sur la même longueur d'onde."
Heu... je refuse cette affirmation tant que tu ne t'expliques à propos de cette sombre affaire de commentaires supprimés...Alors c'est comme tu veux, un petit message d'excuse et nous serons vraiment sur la même longueur d'onde...

septembre 19, 2006 2:03 PM  
Blogger IKdix said...

"Raf, nous sommes sur la même longueur d'onde."

Cette phrase répond à ta phrase précédente concernant Chichi.
Je ne vois vraiment pas où est le problème.

............................

Le billet supprimé contenait un lien sur les commentaires de "Robert" où je suis invectivée et même insultée.
Je ne suis pas sotte pour laisser traîner sur mon blog un lien qui renvoie à des propos affligeants !
Je refuse donc les coms de Sheiro. Il se livre sans cesse au ball trap mais il ne profitera pas d'un tir au "pigeon" !
J'ai déjà reçu trois mails de blogueurs qui désapprouvent les coms écrits sur "Robert".

Je n'ai nullement d'excuses à présenter puisque je suis fréquemment insultée.

J'ai eu l'intelligence de ne pas te mêler à cette affaire.
Je ne répondrai même pas aux nouvelles rumeurs blessantes laissées encore sur différents blogs.

Maintenant tu es assez grand pour juger toi-même.
Si tu souhaites continuer à écrire sur mon blog, tu seras le bienvenu.
Si tu te sens investi de la mission d'adhérer à ces querelles incessantes, tu es libre.
Amicalement

septembre 19, 2006 2:48 PM  
Blogger raf said...

je n'ai pas spécialement envie ni de juger ni de prendre partie, je donne mon avis et la plupart du temps j'essaye d'adoucir les conflits...
J'ai lancé cette petite attaque parce que je trouvais très important que tu t'expliques sur la disparition de ces commentaires... voilà qui est fait !
Je continuerai de commenter ton blog et celui de Sheiro en espérant que cette nouvelle bataille où apparemment tous les coups sont permis soit la dernière.
Quand aux bloggeurs qui t'envoient des mails, sans vouloir les vexer, ce serait je crois une bonne chose qu'ils prennent leur courage à deux mains et expliquent les raisons de leur désaccord sur cloudy days, comme je le fais moi même depuis le début du conflit.

septembre 19, 2006 3:34 PM  
Blogger IKdix said...

Je sais que tu as cherché à arrondir les angles.
J’ai lu ton avant-dernier commentaire en toute amitié.

J’avais songé à donner des explications avant ta demande mais j’y avais renoncé.
Je ne veux pas perdre de temps avec ces querelles vaines ; il me semble inutile d’importuner les autres blogs avec ces conflits sans intérêt.
Je n’irai certainement pas importuner Yb pour répondre aux attaques.

Personnellement je souhaite bloguer en toute sérénité. Cela ne me dérange pas que mes visiteurs ne partagent pas mes idées. Jusqu’à présent les blogueurs ont toujours accepté mes différences. Je tiens à respecter les leurs.

Tu as raison de continuer à commenter sur nos deux blogs.
Sache que tu seras toujours le bienvenu ici.

Les mails ont voulu me soutenir amicalement et je remercie ces trois blogueurs.
Je comprends fort bien qu'ils ne veuillent pas attiser les invectivations en rédigeant un commentaire.

septembre 19, 2006 5:36 PM  
Blogger IKdix said...

Je constate que tu as effacé ta phrase concernant "chichi" (c'est à dire Chirac).[com du 17 septembre 2006 6:04 PM]

C'est ton droit. Je respecte ton choix.

septembre 19, 2006 7:19 PM  
Blogger raf said...

oui j'ai reçu un coup de fil du ministère de la défense m'informant que si je ne retirais pas ce commentaire ils allaient m'envoyer en laboratoire rejoindre mes cousins au cervaux branchés sur électrodes... ça m'a fait réfléchir ! ;-D

septembre 19, 2006 8:46 PM  
Anonymous yves said...

IKdix, je voulais discuter, argumenter, disputer ( au sens du 18ème, bien sûr). Mais d'une part ce dialogue riche est bien avancé, d'autre part, et surtout, que pourrais-je ajouter après la photo qui ouvre votre billet. Elle me touche, elle me fait mal et ces deux merveilleuses enfants me rendent muet.

octobre 02, 2006 1:59 PM  
Blogger IKdix said...

Merci Yves.
Cette photo m'a touchée, moi aussi.
Ces deux enfants regardent dans la même direction sans se préoccuper de leurs différences.

octobre 02, 2006 4:55 PM  
Anonymous yves said...

Et voilà ! Il ne faut jamais dire : fontaine, je ne boirai pas de ton eau.
Je n'ai pas fait de faute de français en parlant de 'merveilleuses enfants'. J'ai cru que la photo représentait deux filles. Je confirme que ces deux enfants sont merveilleux, mais ce qu'on appelle racisme commence avec ce beau duo.
La génétique ne nous apprend rien dans ce domaine, sauf à nous expliquer de façon précise, si elle le peut, le phénomène de rejet. Tout bêtement, tout tristement.
Permettez moi, ada, de vous citer alors que je ne vous connais pas. Mais votre commentaire est pathétique d'amour et de souffrance. Non, il n'y a pas d'échec, pas de peur non plus chez un enfant de cinq ans, mais, je pense, un rejet qui relève de l'instinct. Si, sur la photo, le jeune garçon noir restait exactement le même dans son mental et sa constitution physique, tandis que sa peau deviendrait blanche, y aurait-il rejet ?
Attention à ce que vous répondez.

octobre 03, 2006 7:38 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home