free web tracker

jeudi, septembre 21, 2006

Image des Etats-Unis

Les milieux d’affaires américains s’interrogent sur l'image négative des Etats-Unis.

Des sondages avaient analysé la manière dont divers pays percevaient les Etats-Unis.

Une étude fut réalisée au printemps 2006. Les adolescents de treize pays citèrent leurs marques préférées : Sony, Adidas et Nokia. Ils excluaient les marques américaines.
Les jeunes souhaitaient habiter ou visiter l'Australie, le Royaume-Uni et le Canada. Les Etats-Unis n’étaient plus en tête de liste
.

L’association Business for Diplomatic Action, soutenue par des grandes entreprises américaines comme Microsoft, tente d’améliorer l'image des Etats-Unis dans le monde.

Selon Keith Reinhard, président de BDA, l'antiaméricanisme est lié en partie à la politique : « Cela fait plus de vingt ans qu'il se développe. A la chute du communisme, les États-Unis sont devenus la seule super-puissance, motif de ressentiment et d'envie. Les Américains ont mené le mouvement contesté de la globalisation. L'Irak et Abou Ghraïb ont mis le feu à ces sentiments anti-américains. »

« Il y a un refroidissement envers la culture populaire américaine. De plus en plus de gens se tournent vers la culture locale. » affirme Thomas Miller, le vice-président de BDA.

Keith Reinhard croit plus à l'action du monde des affaires.
Il rappelle que "
les sociétés américaines devraient faire attention à la réputation des Etats-Unis dans le monde puisque tôt ou tard, l'antiaméricanisme deviendra mauvais pour les affaires. »

En 2005, la BDA a produit le "Guide du citoyen du monde ». Ce petit livret prodigue des conseils pratiques pour modifier les comportements des cadres américains habitués aux voyages et donc améliorer leur image à l’étranger.

Keith Reinhard mise aussi sur les universités, qui échappent à l’antiaméricanisme.
« Ce n'est pas lié à un individu. Il s'agit de la force que nous avons en tant que nation pour apporter le progrès là où nous le pouvons. »
Il se reprend :
« Apporter le progrès dans le sens voulu par le récipiendaire, bien sûr. »

Libellés :

16 Comments:

Anonymous Olivier SC said...

Ouais ! Le billet que j'attendais après avoir lu l'article dans Le Monde en sachant que, de mon côté, je ne pourrais pas rebondir dessus.

Pour moi, les mauvaises images des USA (depuis qui j'y ai vécu) sont : peine de mort, anti-avortement, créationnisme, trop d'anti-tabac et, évidemment : WBjunior.

septembre 21, 2006 6:35 PM  
Blogger Evret said...

Je ne pense pas que nous sommes anti-américains on est plus anti-sudistes et Cow-Boy ^^ Mais on est pro-Google, pro-apple, pro séries policières (like CSI), pro-Levis, etc.
C'est un pays qui me fascine toujours. Le self made man (je m'en souvien encore :p) ça fait toujours sont petite effet.

septembre 21, 2006 7:39 PM  
Blogger Otchoz said...

Je suis d'accord avec Evret. Nous autres jeunes on est parfaitement fascinés par les états unis, l'atlantique, New York tout ça et moi le premier j'aimerais y faire une partie de mes études. Je pensais pas bien sûr être seul dans mon projet mais je n'imaginais pas que je trouverais dans ma classe plusieurs personnes caressant l'hypothèse !
Mais ce qui nous fait vibrer, c'est la liberté, le pognon peut être un peu, la vie "comme dans les films", la maison blanche avec un carré de pelouse un garage un panier de basket au dessus des voisins qui vous préparent des tartes aux pommes et une grande route au milieu en guise de banlieue. Exit le réactionnarat, Bush, les évangélistes etc...

D'ailleurs le débat présidentiel à venir s'annonce dur : les républicains fuient le conservatisme (ils s'éloignent de la ligne de politique bushiste qui est réellement détestée maintenant) pour se recentrer, au contraire des démocrates dont certains veulent retourner sur leur opinion sur l'avortement ! J'ai lu quelque part que c'était un phénomène de DINO/RINO pour Democrat In Name Only et Republican In Name Only...
Enfin bref, finalement tout le monde dit pareil de son pays, on est pas mal obnubilés par le déclin de l'image française, vainement peut être ?

septembre 21, 2006 7:56 PM  
Blogger Evret said...

New-York c'est pas mal mais...
Miami...
Pas vraiment pour les études...
mais il y a plein de jolies choses à voir en Floride ;-)

septembre 22, 2006 8:47 PM  
Blogger raf said...

Mais qu'est ce que c'est le self made man ? Un homme qui vend un peu, puis beaucoup, puis énormément...
Pas de quoi me faire rêver !
Le pognon me semble bien difficile à amasser dans ce pays si on décide de voir ses gosses quand ils ne dorment pas et de ne pas prendre de cachets pour survivre au stress (enfin pour ça y a pire au Japon)
Moi ce qui me fait rêver aux USA c'est... heu... ben merde je trouve pas... J'y suis aller trois fois (dont Miami) et je n'ai pas vraiment de souvenirs qui me sont chers. A si ! J'adore leurs immenses réserves naturelles tels que le Yellow stone.
Je suis comme beaucoup un gros dévoreur de leurs musiques, films, jeux..ect... mais je ne vois pas en quoi ils auraient plus de liberté (combien de semaines de vacances déjà ? une ou deux par an ?)
Enfin pour ma part je déteste de toutes mes forces leurs séries Z tel CSI (pardon Evret!), où les gentils n'arrêtent pas de s'envoyer promener les uns les autres, nous indiquant combien aujourd'hui il faut travailler avant tout son art de la vanne, et s'asseoir sur une quelconque recherche de vertus.

septembre 23, 2006 2:36 AM  
Anonymous Myblogforyou said...

Autant NY m'a fasciné par son effervescence, son mélange pluri-culturel et ethnique, autant Miami m'a déçu, une fois fait le tour des kms de plages et des nights-club, il ne reste plus grand chose à découvrir, surtout cette ville est tellement axé sur le culte du corps, ...ils se regardent tous un peu trop le nombril à mon gout ;-)

septembre 24, 2006 11:03 PM  
Blogger Gilles Desforges said...

Je ne vais pas entonner, IKdix, le crédo sur les bisbilles entre canadiens-francophones et canadiens-anglophones ; tu dois connaître cela par coeur ! Et, d'ailleurs, je ne sais pas où en sont ces querelles ...

New-York, c'est Woody Allen ; la Floride, "Allo Huston, on a un problème". J'ai + un faible pour le Wisconsin proche de mon berceau ;)

septembre 25, 2006 4:57 PM  
Blogger Evret said...

Si je parlais de Miami c'est juste pour ses... ses... aligators! Et ça myblogforyou là bien comprit!

Raf@ Ce n'ai pas la liberté qui fait rêver au contraire c'est plutot des choses que le patriot act qui font peurs.

septembre 25, 2006 5:44 PM  
Blogger raf said...

@Evret, j'imagine que tu blagues au sujet des alligators, pourtant c'est pour moi un des souvenir les plus sympas des Etats unis, la Floride pas vraiment, mais la Louisiane avec ses cowboys et ses alligators... on se promène en bateau dans des marécages visqueux qui foisonnent de vie, et d'un coup sir alligator apparait dans toute sa puissance, ça fait de l'effet ! Quand tu reviens sur la terre ferme on te fait bouffer des écrevisses ultra pimentées en dansant comme au temps du far-west, et les mamies sur leur banc à bascule te racontent que presque toutes les semaines un de leurs canards disparait dans le ventre du monstre... trop coooool !
@Evret et Otchoz, j'ai réagis un peu vivement à vos propos et je m'en excuse... Mais vos arguments sortent pour moi tout droit des séries télévisées, et croyez moi la vie n'est pas facile là bas (avez vous entendu parler de tous ces gens qui se tapent deux jobs en même temps, et du peu de vacances qu'ils ont?) Mais ce n'est pas une raison pour ne pas aller voir par vous même. La vie est devant vous les p'tits gars ! go and ride in the USA !

septembre 25, 2006 6:53 PM  
Blogger Evret said...

Ik parlait de l'image j'ai donc commenté sur l'image. Les U.S.A fascinent aussi par cet écart entre pauvres/classes moyennes/riches et qui pourtant croient tous en la bannière étoilée.
A la question le rêve Américain et il mort à tes yeux?
Je répond non.

Joe Dassin a toujours un peu raison ^^

septembre 26, 2006 6:42 PM  
Blogger IKdix said...

Mon week-end en Pays basque et le travail ont retardé mes réponses.

Je constate avec joie que le dialogue se poursuit et je vous remercie pour votre visite !

Personnellement, je perçois des aspects positifs et des aspects négatifs.

New York est une ville fort attractive.
@ Evret, Otchoz et Myblogforyou
Quand j’ai visité New York en 2005, j’avais beaucoup de clichés anti-américains en tête. Pendant 3 jours, j’ai arpenté les rues du matin au soir. Une Française, qui a vécu plusieurs mois dans la Mégalopolis, m’accompagnait. J’avoue que j’ai eu un coup de cœur pour cette ville et ses habitants.

Ensuite j’ai discuté avec une dizaine de Français qui ont vécu ou visité New York : nous sommes tous d’accord ! Comme Myblogforyou, nous avons aimé « l’effervescence, le mélange pluri-culturel et ethnique de New York. »

Par contre plusieurs amis affirment que l’ambiance new-yorkaise est différente des autres agglomérations.

Evret, les Etats-Unis tentent encore les jeunes. Plusieurs étudiants semblent contents de leurs stages aux USA. Mais faire un séjour et y vivre, c’est différent !

Certains aspects me hérissent les cheveux.
@ Olivier
- Moi aussi je conteste les commandos anti-avortement, la peine de mort, le créationnisme.
Mon athéisme me fait réagir aux liens étroits entre l'Eglise et l'Etat.

- Je suis allergique à WBjunior et à sa politique. Je condamne totalement les pressions exercées par WBjunior sur le sénat pour légaliser les interrogatoires musclés de la CIA, qui nient la législation américaine et les conventions de Genève.

Je critique la culture des armes et le lobby des armes à feu : la « National Rifle Association ».
Michael Moore les pointe du doigt dans le documentaire « Bowling for Columbine ».

septembre 26, 2006 9:44 PM  
Blogger IKdix said...

@ Evret
Les westerns et le style cow-boy me font ruer ...
J’aime bien le cinéma américain qui me semble plus rythmé, mais les films récents évoquent souvent le terrorisme et opèrent un bourrage de crâne régulier ...

@ Myblogforyou
Le culte du corps est ancré à Miami mais aussi en Californie ! Effectivement, ils se regardent tous un peu trop le nombril !

@ Raf
- J’apprécie bien les jeux, les musiques et les films américains mais ces produits véhiculent souvent une idéologie que je ne partage pas. Les séries télévisées diffusent le mode de vie américain ...

- « Le self made man sacrifie un peu sa famille et se livre au stress » dans tous les pays !
Un article du Monde Diplomatique explique « le dilemme vie-travail » des Américains.

- Les congés sont liés à l’ancienneté et aux usages des entreprises. Généralement, une semaine de congé payés est accordée à partir d’un an d’ancienneté, 2 à 3 semaines à partir de cinq ans ...

Raf, tu expliques qu’aux Etats-Unis « il faut travailler avant tout son art de la vanne, et s'asseoir sur une quelconque recherche de vertus. » Dans ce domaine, certains Français rivalisent avec les habitants des USA !

septembre 26, 2006 9:58 PM  
Blogger IKdix said...

@ Gilles
Je connais théoriquement et concrètement les querelles entre Canadiens francophones et Canadiens anglophones ; j’ai ressenti les tensions en visitant Ottawa !

Je sais que le Wisconsin produit du lait, de la bière, du maïs et de l’agroalimentaire mais je n'ai jamais visité cet Etat.

Woody Allen et NewYork, j’aime !

septembre 26, 2006 9:59 PM  
Blogger Gilles Desforges said...

Bon, réponse à réponse et moins au billet ... Le Wiconsin, chère mouette, c'est "surtout" l'état où est né Clifford D. Simak (3 août 1904, à Millville) et l'inspiration de bien des décors à certains de ses romans de SF.

IKdix : attention à ce que tu vas dire = Simak est l'auteur préféré d'OSC ;) :)

septembre 28, 2006 7:16 PM  
Blogger Otchoz said...

Oui bien sûr que beaucoup de nos images ne sont que du fantasme issus des séries télé, je n'en doute pas.
Et je rajoute qu'une autre chose qui me fascine (et vous en êtes une belle représentation) c'est cette multiplicité de cultures au sein des états unis entre tous les états. Parce qu'en fin de compte les USA c'est ça aussi une infinité de paysages naturels et humains...

septembre 29, 2006 5:14 PM  
Blogger IKdix said...

@ Gilles
Ha haaa ... Rassure-toi ... : -))
Dans le passé, j'ai lu « Au carrefour des étoiles » et « Demain les chiens ». Les récits de Simak fonctionnent bien.
L’étrange ferme d’Enoch Wallace (Au carrefour des étoiles) est effectivement construite sur une falaise du Wisconsin.

@ Otchoz
Je te remercie pour ta phrase écrite entre parenthèses.

Oui, les Etats-Unis offrent « une infinité de paysages naturels et humains »...
Cette mosaïque culturelle est un atout pour New York au plan culturel et au plan économique.

Le melting-pot (creuset) a cédé la place à la salad bowl (salade composée) : les minorités se côtoient mais cultivent leurs différences ...
A Los Angeles, le redistricting permet à la minorité d’être représentée au conseil municipal par un élu mais elle renforce aussi le cloisonnement.

Dans le sud des Etats-Unis, les minorités se heurtent à de grosses difficultés.

septembre 30, 2006 6:56 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home